507. Čteme francouzsky. La promesse de l’aube. B -C.

Je fis aussi mon examen de conscience. Je découvris que je me prenais trop au sérieux et que je manquais à la fois  d’humilité et d’humour. J’avais aussi manqué de confiance dans mes semblables et n’avais pas tenté d’explorer suffisamment les possibilités de la nature humaine, laquelle ne pouvait tout de même pas être entièrement dépourvue de générosité. Je tentai une expérience dès le lendemain matin, et mes vues optimistes se trouvèrent entièrement confirmées. Je commençai par emprunter cent sous au garçon d’étage, en prétextant la perte de mon portefeuille.  Après quoi, je me rendis au comptoir chez Capoulade, commandai un café, et plongeai résolument la main dans la corbeille de croissants. J’en mangeai sept. Je commandai encore un café. Puis je fixai gravement le garçon dans les yeux — le pauvre bougre ne se doutait pas qu’en sa personne l’humanité entière était en train de passer un examen. 

— Combien je vous dois?

— Combien de croissants?

— Un, dis-je.

Le garçon regarda la corbeille presque vide. Puis il me regarda. Puis il regarda à nouveau la corbeille. Puis il hocha la tête.

— Merde, dit-il. Vous charriez, tout de même.

— Peut-être deux, dis-je.

— Bon, ça va, on a compris, dit le garçon. On est pas bouché. Deux café, un croissant, ça fait soixante-quinze centimes.

Je sortis de là transfiguré. Quelque chose chantait dans mon cœur: probablement les croissants. A partir de ce jour, je devins le meilleur client de Capoulade. Quelques fois, le malheureux Jules, c’est ainsi que s’appelait ce grand Français, poussait une timide gueulante, sans trop de conviction.

— Tu peux pas aller bouffer ailleurs, non? Tu vas m’attirer des emmerdements avec le gérant.

— J’peux pas, lui disais-je. Tu es mon père et ma mère.

Parfois, il se lançait dans de vagues problèmes d’arithmétique, que j’écoutais distraitement.

— Deux croissants? Tu oses me regarder dans les yeux et me dire ça? Il y avait neuf croissants dans la corbeille il y a trois minutes.

Je prenais ça froidement.

— Il y a des voleurs partout, disais-je.

— Eh bien, merde! disait Jules avec admiration. Tu as un certain culot. Qu’est-ce que tu étudies, au juste?

— Le droit. Je finis ma licence en droit.

— Eh bien, mon salaud! faisait Jules.

Nous devînmes amis. Lorsque ma deuxième nouvelle parut dans Gringoire, je lui offris un exemplaire dédicacé.

J’estime qu’entre 1936 et 1937 je mangeai sans payer au comptoir de Capoulade entre mille et mille cinq cents croissants. J’interprétais cela comme une sorte de bourse d’études que l’établissement me consentait.

J’ai conservé une très grande tendresse pour les croissants. je trouve que leur forme, leur croustillance, leur bonne chaleur, ont quelque chose de sympathique et d’amical. Je ne les digère plus aussi bien qu’autrefois et nos rapports sont devenus plus au moins platonique. Mais j’aime les avoir là, dans les corbeilles, sur le comptoir. Ils ont fait plus pour la jeunesse estudiantine que la Troisième république. Comme dirait le général de Gaulle, se sont de bons Français.

(Romain Gary: La promesse de l’aube, Editions Gallimard, 1960.)

Vocabulaire

  1. Bougre (n.m.) fam. = lascar, gaillard, bonhomme = týpek, chlápek
  2. Charrier (v.intr.) = exagérer
  3. On est pas bouché (fam.) = on n’est pas dupe.
  4. Transfigurer (v.tr.) = embellir < être transfiguré = devenir plus beau
  5. Gueulante (n.f.; fam.) = protestation
  6. Bouffer (v.intr.) = gonfler & famil. manger
  7. Emmerdement (n.m) fam. = ennui
  8. Culot (n.m.) ici fam. = audace
  9. Salaud (n.m.) fam. = injure populaire: un homme méprisable : zmetek, vůl; ici: en sens admiratif : mon salaud! = ma foi! = ty vole!
  10. Consentir : ici v.tr. = accorder qqc
  11. Estudiantin, -e (adj): qui concerne les étudiants

 

 

Příspěvek byl publikován v rubrice Francouzská četba. Můžete si uložit jeho odkaz mezi své oblíbené záložky.

Napsat komentář

Vaše emailová adresa nebude zveřejněna. Vyžadované informace jsou označeny *

(Spamcheck Enabled)